~ Mon compte ~

Tarja Turunen, Elyose
Transbordeur @ Lyon
le 06/02/2014

photos
Publié le 11/02/2014, par le_renard
Il y a quelques jours débutait la longue tournée internationale de la diva du Metal Symphonique, Tarja Turunen. Cette tournée durera quasiment une année, et servira à promouvoir son dernier album en date, "Colours in the Dark". Le groupe francilien Elyose assurera la première partie sur l'ensemble des dates en France, ainsi qu'en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas. Ce soir nous nous rendons donc à Lyon, dans la belle salle du Transbordeur.

La salle est préparée dans sa petite configuration, l'ensemble des gradins n'étant pas ouvert au public. Il y a du monde déjà présent, mais on est loin des records d'affluence qu'a pu connaitre le Transbordeur. 

20 heures pétantes (on ne plaisante pas avec les horaires ici), Elyose entre en scène et entame sa prestation. Cela faisait un bon moment que je n'avais pas vu Elyose en concert, et force m'est d'avouer que le groupe a nettement progressé ! Tout d'abord, ils ont acquis une identité visuelle, en arborant les couleurs rouge et noir de leurs tenues de scène.
Alors que le groupe restait encore un peu amateur lors de leur tournée en première partie de Therion, cette fois-ci on sent une nette progression vers une volonté de prestation professionnelle. Les musiciens profitent de l'espace de la large scène pour faire des allées et venues, bougent beaucoup, headbanguent au rythme des riffs costauds accompagnés par une rythmique musclée. Au chant, nous retrouvons Justine, plutôt en forme, qui joue son rôle de "chauffeuse de salle" et tente de faire participer le public pour le moment guère réactif. 
Le groupe joue trente minutes, ce qui reste assez peu pour ce que le groupe a à présenter. En effet, outre leur premier album dont de nombreux morceaux restent des incontournables, Elyose prépare en ce moment leur second album, et profite de son passage sur scène pour nous proposer deux morceaux inédits : "De guerre lasse" et "Rédemption". Résolument plus Heavy, plus groovy, les chansons n'en restent pas moins électro, qui fait la force du groupe. Ce qui laisse à présager que du bon pour ce nouvel album, prévu pour début 2014.
En terme de performance, le groupe s'en tire bien. On constate le travail réalisé pour leurs prestations scéniques : des headbangs synchro, des gestes et des positions précises. La voix de Justine monte haut dans les aigus, mais cela dit, je trouve qu'elle a tendance à trop se consacrer à la technique, au dépens de l'intelligibilité. En effet, son chant est parfait, mais on ne comprend pas vraiment les paroles, ce qui est plutôt dommage. Les titres tels que "Libérateur" ou "Théogyne" font mouche, même si le public reste assez  réservé dans l'ensemble. En tous cas leur show passe vite, et il est déjà temps pour eux de quitter la scène et de laisser place à Tarja.

SETLIST 
Intro
Le Libérateur
De guerre lasse
L'Orientale
Overload
Rédemption
Théogyne



A l'aube d'une tournée qui durera pratiquement un an, Tarja foule ce soir les planches de la scène lyonnaise du Transbordeur, devant une salle plutôt bien remplie. Suite au succès rencontré à la sortie de son dernier album "Colours in the Dark", la diva jouera dans de nombreuses villes européennes au cours de sa tournée, avec une extension en Amérique Latine.
Les roadies installent rapidement la scène derrière un immense rideau transparent aux motifs de "Colours in the Dark". Après quelques minutes, les lumières s'éteignent, le rideau tombe et les musiciens entrent en scène. Et lorsque Tarja apparaît à son tour, le public commence enfin à donner signe de vie, et acclame la chanteuse. Comme à son habitude, Tarja semble sincèrement émue par un tel accueil, et adresse de larges sourires à l'audience. L'ovation qui lui est adressée lui fait visiblement chaud au coeur. Le groupe entame le concert par le morceau très symphonique "Deliverance", un des plus beaux titres de son nouvel album.

Le concert durera une grosse heure et demie, rappels compris. Ses plus belles chansons sont interprétées, avec évidemment un focus sur "Colours in the Dark". Citons en vrac "500 letters", "Darkness", ou encore "Mystique Voyage", etc. Le groupe interprète également le très énergique "Never enough", sur lequel les musiciens terminent par une longue outro instrumentale. Tout le monde headbangue, y compris le violoncelliste qui joue debout pour l'occasion. Derrière la batterie, on retrouve le grand Mike Terrana, fidèle à lui-même, qui fait jongler des baguettes et assène de violents coups sur ses cymbales surélevées. Pendant ce "break" instrumental, Tarja s'éclipse et en profite pour changer de tenue. Elle porte alors un ensemble à large décolleté, qui provoque quelques réactions chez la gent masculine qui m'entourait. 
Le concert continue de plus belle, et de grands classiques tels que "I walk alone", "Die alive", ou "Anteroom of Death" sont joués. Tarja est très en forme vocalement parlant, sa voix lyrique conquit le public. Les autres musiciens ne sont pas en reste, et participent activement sur scène. Mike embrasse ses propres biceps et fait rire la bassiste.

Pour les rappels, Tarja revient sur scène encapuchonnée comme sur la pochette de l'album "Colours in the Dark" et interprète "Victim of ritual". En toute fin de concert, devant les acclamations du public, Tarja jette un coup d'oeil furtif en coulisse pour demander s'ils ont le temps de jouer encore. On lui accorde une chanson, et le groupe reprend ses instruments pour jouer "Over the hills and far away", qui met un point final à ce concert de manière tout à fait superbe.

Une très belle prestation de Tarja ce soir, un chouette concert haut en couleurs dans l'obscurité...

SETLIST
Deliverance
In for a Kill 
500 Letters 
Damned and Divine 
Falling Awake 
I Walk Alone 
Anteroom of Death 
Never Enough 
Darkness
Die Alive 
Mystique Voyage 
Neverlight 
Medusa 
***********
Victim of Ritual 
Wish I Had an Angel
Until My Last Breath 
***********
Over the Hills and Far Away


Les photos du concert