~ Mon compte ~

Rusty Pacemaker - Ruins
Solanum Recrods
2015


http://www.rustypacemaker.com/
Publié le 11/10/2015, par le_renard
L'Autrichien qui se fait appeler Rusty Pacemaker est  auteur compositeur interprète multi-instrumentiste, et qui plus est très talentueux. Souvenez-vous, nous vous en avions déjà parlé à l'occasion de la sortie de son premier album, "Blackness and White light". C'était en 2010. Cette année, l'artiste revient avec un nouvel album.

L'univers musical de Rusty est assez spécial, et ne conviendra pas à toutes les oreilles. Entre Doom Metal et Post-Rock, la noirceur et la mélancolie sont les maitres mots d'une musique sombre, lourde et pesante. De toutes façons, vu le titre et la pochette de ce nouvel opus, on se doutait bien qu'on n'allait pas faire la java et danser le Disco toute la nuit. La photo en noir et blanc d'un oiseau mort sur le bord d'un trottoir, le titre "Ruins", tout cela est suffisamment évocateur pour se donner une première idée de ce qui nous attend.

Le premier titre, "Ruins", met d'entrée de jeu dans l'ambiance. Une intro mélodramatique à la guitare sèche, quelques coups de semonces à la batterie, puis la guitare électrique qui vient gratouiller l'oreille de ses riffs implacables. Premier constat par rapport  à son précédent album : le son a énormément gagné en qualité ! Tout est parfaitement orchestré, sans bafouille ni fouillis. Le chant de Rusty est très spécial, terne et monotone. Monotone dans le sens "sur la même tonalité", constant, assez reculé, comme si les lignes vocales étaient retranchées au second plan. Le morceau s'accélère et on observe même quelques grunts qui viennent appuyer le passage rapide. Puis on revient vers le refrain, entêtant, et même sifflé ! Bien qu'assez surprenant, on s'y fait malgré tout.

Le second morceau, "Made of lies", est beaucoup plus dans un registre Rock. Energique et rythmé, c'est je pense la chanson la plus dynamique de l'album. Un passage en solo de guitare prouve le talent de l'artiste, tout est finement exécuté. Proche de ce que peut proposer Katatonia, on se trouve dans un registre Rock Atmo d'assez bonne facture, qui tranche avec ce qui va suivre...

En effet, le morceau suivant, "Ocean of life", avec ses bruits de ressac, est nettement plus calme et posé, et nous plonge dans cette ambiance mélodramatique, renforcée par quelques lignes de chant féminin, assurées par Lady K. La voix de la chanteuse se fait plus présente surtout sur le titre "Night Angel", dans lequel son "Let me seduce you somehow" est à tomber par terre. Sa voix angélique, ainsi que le piano, font figure de lueur d'espoir dans un tunnel sombre et infini. On se trouve typiquement dans le Doom Rock mélancolique, qu'on aurait pu comparer aux tous premiers Anathema... Un des meilleurs titres de l'album pour moi.

En parlant de Doom, l'exemple le plus frappant est très certainement "Candlemess", dont la musique se situe plus du côté du Doom religieux de Candlemass (justement !) avec des éléments tirés du Black Metal. Rythmique syncopée, riffs puissants et envahissants, chant linéaire et profond, la noirceur se montre de plus en plus dense... Le passage instrumental, plus rythmé, donne à remuer de la tête, ce qui n'est pas rien pour un style pareil !

Avec le titre "Forever", Rusty a certainement voulu faire un break. Ce petit morceau d'une minute vingt à peine, entièrement acoustique, est là pour permettre de faire une pause avant d'attaquer la dernière partie de l'album. Complètement dispensable, ce titre n'a guère d'intérêt.

Pour terminer ce "Ruins", on a le titre "Matter over mind", où pour le coup, on se trouverait plus dans le registre Rock de "Made of lies". "Knowing" est également un excellent titre, doomesque à souhait, avec son mélange parfait entre guitare sèche et guitare électrique, et un final crescendo jouissif. Et enfin, on clôt cet album avec "Pillow of silence", un morceau qui n'est pas vilain en soi, mais dont le chant me pose quelques difficultés. Trop régulière, la voix me gène un peu...

Les textes ne sont pas toujours roses, loin de là, mais méritent qu'on s'y penche de près, certains passages étant absolument réussis, évocateurs et chargés d'émotions. Le plus grand obstacle à l'appréciation de cet album est de se faire au chant un peu particulier de Rusty. Une fois passé ce léger détail, vous vous surprendrez à nager dans les eaux troubles de l'univers musical de l'artiste, à la recherche d'un brin de lumière dans un océan de ténèbres...



Tracklist
01. Ruins
02. Made of lies
03. Ocean of life
04. The game
05. Night angel
06. Candlemess
07. Forever
08. Matter over mind
09. Knowing
10. Pillow of silence